Astronomie amateur





La Lune aujourd'hui

Contenu du site
21 observations
206 images.

compteur

Site en ligne depuis
le 09 juillet 2004.

Charlie Hebdo

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !

Ce qu'il faut savoir à propos de la collimation (suite)

Ecrit le 27/10/12.

Indispensable : le marquage du miroir primaire

En premier lieu, il devrait y avoir sur votre miroir primaire un oeillet (une pastille ronde) ou un point qui en marque le centre. Ce point de repère est vital pour collimater le telescope. Normalement, sur tous les Newton d'un certain diamètre, le primaire est ainsi marqué.

Collimation

Si ça n'est pas le cas clin d'oeil, il vous faudra démonter le miroir primaire (même procédure que dans le cas d'un nettoyage...) pour y placer vous-même une pastille de ce genre (on colle généralement au centre du miroir un oeillet comme ceux qu'on utilise pour réparer les feuilles de classeur).

Le repérage des éléments nécessaires à la collimation

Le problème numéro 1, quand on n'a jamais collimaté un télescope, est de d'abord bien visualiser les éléments nécessaires au réglage. En effet, quand on met l'oeil dans le PO (Porte-Oculaire) d'un Newton, on observe plein de choses et il faut savoir où et quoi regarder. Regardons donc maintenant directement dans le PO (sans oculaire !).

Collimation

Il faut d'abord repérer le bord du miroir secondaire, qui correspond au cercle jaune sur l'image ci-dessous. On ne regarde rien d'autre, en particulier on ne s'occupe pas du tout de ce qui se reflète dans le miroir ! Ceci n'est pas particulièrement aisé quand on n'en a pas l'habitude, d'autant que le bord du miroir se confond avec le fond du tube du télescope !

Collimation

Une bonne méthode pour se faciliter la tache consiste à utiliser l'astuce expliquée par Pascalp sur le forum Webastro : on fabrique avec quelques morceaux de feuilles de canson colorées et scotchées entre elles une espèce de cache.

Collimation

On place le cache dans le tube, une partie colorée face au porte-oculaire, et l'autre qui s'interpose entre le miroir primaire et le miroir secondaire :

Collimation

Et là, miracle, on voit nettement tout le miroir secondaire (en bleu ici) et son bord !

Collimation

Dans la suite, on parlera donc du secondaire pour en désigner le bord.

Ensuite, il faut repérer le reflet du primaire (on parlera indistinctement du reflet du primaire ou du primaire tout court) que l'on voit dans le miroir secondaire. C'est le disque rouge sur l'image.

Collimation

Schématiquement, si le télescope est bien collimaté, on voit cela :

Collimation

Mais si le miroir secondaire est mal aligné, on peut voir quelque chose comme cela :

Collimation

Enfin, il faut repérer le reflet du secondaire dans le primaire. C'est le cercle vert sur l'image, on voit aussi les branches de l'araignée.

Collimation

Dans la suite, on parlera donc du reflet du secondaire, et là, il est très important de ne pas confondre le secondaire et le reflet du secondaire !

Schématiquement, toujours si le télescope est bien collimaté, on voit cela :

Collimation

Mais si les deux miroirs sont mal alignés, on peut voir aussi quelque chose comme cela :

Collimation

En cas de catastrophe majeure clin d'oeil, on peut voir ça :

Collimation

Là, rien n'est centré, rien n'est aligné, y'a du boulot clin d'oeil ... mais on peut arranger tout ça, si, si !!

Si vous avez tout compris, on voit donc le secondaire -jaune- qui contient le reflet du primaire - rouge- , qui lui-même contient le reflet du secondaire -vert- clin d'oeil...

Voilà, on s'arrête là pour le moment.... Donc si votre miroir primaire est bien marqué au centre, si vous savez repérer le secondaire, le primaire et le reflet du secondaire, vous êtes prêt à passer à la collimation proprement dite !

Rendez-vous pour ça le mois prochain si tout va bien clin d'oeil!

Fléche droite...Retour au début de l'article